Icone – le raffiné Christopher Waltz

A GLORIOUS GENTLEMAN


Le comédien allemand naturalisé autrichien, cultivé et polyglotte, connait la consécration sur le tard grâce à son rôle magistral dans le film de Quentin Tarentino, Inglorious Basterds . Son arrivée sur la Croisette en 2009 permis de jauger son style impeccable et raffiné comme celui de ses rôles.

Qui affiche un élégant smoking sur la Croisette ? Pas grand monde. Philippe Noiret n’est plus, Mastroianni n’ont plus. Edouard Baer avait sorti une cravate sombre pour la cérémonie d’ouverture cette année et Vincent Cassel n’était pas là.

Christopher Waltz est l’acteur que l’on oublie pas et sa montée des marches en 2009 dans un smoking parfaitement coupé faisait honneur à la tenue. Oui, Mr Waltz a grande allure. Qu’il soit en black tie, complet veston ou pantalons de toile, l’homme, comme dans ses rôles, impose par son raffinement discret, sa prestance et son oeil vif.

If the shoe fits, you must wear it.

On aime son style classique et juste reflétant une certaine éducation et une vraie culture. L’homme a étudié le chant et l’opéra à Vienne et pris des cours de comédie au Lee Strasberg Theatre de New York à la fin des années soixante-dix.

Christopher Waltz parle l’allemand, l’anglais, le français et l’italien comme son personnage Hans Lana, officier nazi sadique et polyglotte dans Inglorious Basterds.

Pas étonnant qu’il est fait les couvertures des magazines The Rake ou Esquire. Il incarne la voix moderne d’une élégance classique. L’homme respecte les standards esthétiques qui permettent de traverser le temps facilement et toujours élégamment ; costumes sombres, cravates unies, pantalons de toiles autour des couleurs mastic, beige, brun. Blazer bleu marine, black tie col cran aigu, vestes en corduroy…



Et dans le monde du cinéma d’aujourd’hui, le style se fait rare au détriment de la mode.

 

 

Partager

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *